Portrait de l'ingénieur en 2030

L’Institut Mines-Télécom présente le portrait de l’ingénieur 2030

Dans un monde en pleine mutation, avec notamment la métamorphose numérique et la transition énergétique, quels sont les enjeux auxquels seront confrontés les ingénieurs en 2030 et surtout quelles seront les compétences transverses qui seront attendues d’eux ? Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur ces questions, mais il a paru nécessaire à l’Institut Mines-Télécom de proposer un travail de prospective pour esquisser le portrait de cet ingénieur du futur. Ce travail vise à servir de base de réflexion au sein des écoles de l’Institut mais aussi à l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur, aux élèves de lycée et de prépas ainsi qu’aux futurs recruteurs.

La démarche de l’Institut Mines-Télécom

Ce portrait, dessiné par l’Observatoire des métiers de l’Institut Mines-Télécom en lien avec le cabinet Sociovision, s’appuie sur :

  • une analyse approfondie des tendances lourdes qui modifient durablement l’environnement dans lequel les compétences de l’ingénieur s’expriment ;
  • les informations nécessaires au cadrage prospectif (les « Drivers ») collectées via des entretiens d’experts et une veille documentaire ;
  • une cartographie des compétences transverses en cinq domaines, construite sur un référentiel à deux dimensions.

En 2030 : cinq domaines de compétences incontournables

Les domaines de compétences de l'ingénieur en 2030

Former les ingénieurs de demain nécessitera d’investir dans cinq champs de compétences transversales incontournables :

  • L’expertise comme la compétence de celui qui a une forte démarche conceptuelle lui permettant de faire face à toute transition technologique,
  • L’ingéniosité comme la compétence de celui qui dépasse son savoir et  ses références  par sa compréhension des usages et des cultures différentes,
  • L’agilité comme la compétence du créatif en empathie avec son client, qui sait que la solution est chez les autres,
  • La responsabilité comme la compétence de celui qui critique le présent pour définir le futur, celui qui a le sens de l’utilité collective,
  • L’influence comme la compétence de celui qui sait attirer à lui les compétences différentes et être une interface qui génère la confiance et l’adhésion.

Une étude pour toute la communauté éducative

Pour Bertrand Bonte, directeur Développement & métiers de l’Institut Mines-Télécom, « comme il s’agit d’une démarche de prospective, ce travail constitue plutôt une esquisse qu’un portrait définitif de l’ingénieur 2030. L’Institut Mines-Télécom la propose aujourd’hui à la discussion et aux échanges à tous ceux de la communauté éducative susceptibles d’être intéressés. »

 

 

Et vous, quelle est votre vision de l’ingénieur de demain ?

Débattez et suivez les échanges sur Twitter : #Ingénieur2030

 

Télécharger le communiqué de presse au format PDF